Poèmes extraits du recueil Tamyawan Shamukupani


Yana Lucila Lema

Traduction Claude Bourguignon Rougier


Yana Lucila Lema fait des études de communication et a obtenu une maîtrise en sciences sociales axée sur les questions indigènes à la FLACSO de Quito . Diplômée de journalisme audiovisuel, cette native d’Otávalo a collaboré avec des organisations autochtones telles que la Confédération des nationalités autochtones de l’Équateur (CONAIE), la Confédération des nationalités autochtones de l’Amazonie équatorienne (CONFENIAE) et la Confédération des peuples de nationalité kichwa (ECUARUNARI). Elle écrit également des poèmes et des contes pour enfants.


ñawpa mamakunapa makikunapi

katik wawakunapa makikunapi

uchilla ninakunashinami

puka mullukunapash

cuentakunapash punchalla rikurinakun

inti llukshinkakaman

inti washakunkakaman tushunka

shunku kushikuchun

kutinpash pukuchiyta ushankapak


Dans les mains des femmes anciennes

Dans les mains des femmes jeunes

Comme de petits soleils, brillent les colliers rouges

Et les perles d’argent

Ils danseront

jusqu’à ce que le soleil sorte

jusqu’à ce qu’il se couche

pour réjouir les cœurs

et refleurir,

encore une fois


allita tamyakun

pampakunapash sumakta pukushkamari

wawakunapash tsapakyashpa

yakuta tsimprachishpa pukllanakun

—sara pukunkami— nishpa

kichwakunaka nirinakunmari

ñuka mamakupash asikunmari

paypash tamyallatakmari kan


Comme c’est bon !

Il pleut

La campagne s’est vêtue de fête

Les enfants s’éclaboussent pour jouer

Ils tapent du pied dans les flaques,

et se disputent

Oui, le mais va bourgeonner

disent les quichuas

et ma mère sourit, sourit,

car elle est pluie,

elle aussi.


—tukuyllami kanchik

kanchikrak

kaymi kanchik

mamatapash charirkanchikmi

taytatapash charirkanchikmi

paykunami ñukanchik umapi sisa yakuta

sumak tullpu sisakunata churarka

alli kawsayta charichun nishpa

paykunami

llullu urpikunapa

millay pumakunapa

may illapakunapa

kuyllurkunapa shutikunawan shutichirka

ñukanchik shutikunaka

shuk shuk urkukunapi

shuk shuk rumikunapi

shuk shuk pukyukunapi

mana chinkarina shimikunami kan—

shinami wawakunaman nishka nin Otavalo kuraka taytaka


Nous avons été tout

Nous sommes tout

Nous sommes cela

nous avons eu une mère

Et nous avons eu un père

Ils ont versé des eaux de fleurs sur nos têtes,

Des fleurs aux couleurs merveilleuses

Pour nous accueillir.

Ils nous ont donné des noms

de doux oiseaux,

de féroces pumas,

de terribles éclairs;

d’étoiles lointaines.

Nos noms

sont là,

dans chaque pierre;

dans chaque ruisseau.

Nos noms sont des paroles magiques :

Jamais, nous ne devrons partir.

On raconte que Tata Otávalo

disait cela aux enfants,


suni akchayuk

raymi kushma churakushka mamakulla

chishikunapi kanta shuyanchik

—ñanta mañachiychik yallipasha— nishpa purimuy

—yallipay mama yallipay— nishpa chaskishunmi

wawakunaman kushikuyta

kanpa mishki shimita apamupay

imashina sisakuna pukuchun tamyata shuyanchik

shina kantapash shuyanchikmi

shamuy sumak tullpukunayuk

kawsak rumikunayuk mamakulla


Dame aux longs cheveux,

vêtue de fête,

nous t’attendons au tomber de la nuit.

Viens et dis nous : je passe sur votre chemin

Et nous te dirons :

passez donc sur notre chemin, madame.

Apporte-nous ton sourire de miel

Apporte aux petits la douceur de tes mots

Viens comme vient la pluie,

Pour nous laisser les fleurs.

Viens, maîtresse des couleurs si belles

et des pierres qui ont tout en mémoire


tamya pakarimuni

sumaklla

pankalla

mana pipa makipi wataytukushka

kuyaylla chumpikunawanlla pillurishka

warmi aycha rikurini

ñuka samaypash tamya yaku urmakshinami wakakun

ñuka aychapash ñawpa urkukunashina pukumukun

ñawpa mamakunapa ushay katimushka

chinkarishka ayllukunapa puma aya tarimushka

ñuka hatun mamami chayamushka

tamya yakushina

mishki shimikunata apamushpa

kunkarishka takikunata uyachishpa

paymi paypakaman shamushka

may ninan warmi kashka


Au matin, je me suis réveillée pluie

Abondance

Liberté,

soutenue seulement par les plis du tissu

qui donne ses formes de femme

à mon corps.

Quand je respire

il me semble entendre l’averse.

Mon corps est la montagne où refleurissent mes ancêtres

et dans mon âme

il y a l’âme d’un de mes défunts.

Âme Jaguar.

C’est ma grand mère,

elle est venue

comme l’eau de pluie

apporter des nouvelles des femmes,

des chansons tues

depuis mille ans.

Elle est très en moi

Femme guerrière,

jusqu’à l’excès.


ñuka puriyta mana allikachinakun

yallikta rikushpa

—payka mana kaymantachu nishpa— upallakuta ninakun

kaymanta warmikunaka mana shina tiyarinchu

kaymanta warmikunaka mana shina churakunchu

kaymanta warmikunaka mana shina rimanchu

kaymanta warmikunaka mana yachaywasiman rinchu

kaymanta warmikunaka mana istak karikunata munanchu

kaymanta warmikunaka mana nataka ninchu ninakun

ñukakarin yana urkuta

tunirishka ruku wasita yarikukpipash

ñukanchik kawsakkuna

ñukanchik wañushkakuna chaykunallatak kakpipash

shukmi nishpa rikuwanakun

yallikta rikushpa

—payka mana kaymantachu nishpa— upallakuta ninakun


Ils n’aiment pas ma façon de marcher

ils me voient passer et susurrent :

Elle n’est pas d’ici, elle.

Les femmes d’ici en s’assoient pas comme ça

Les femmes d’ici ne s’habillent pas comme ça

Elles ne vont pas au collège

Elles n’aiment pas des hommes d’ailleurs

Elles ne disent pas : non.

Bien que la montagne noire me manque,

et la vieille maison qui n’est plus que terre,

Bien que nos vivants et nos morts soient les mêmes

ils me trouvent étrange.

Ils me voient passer et disent :

elle n’est pas d’ici, elle.